L'aventure du coin de la rue

Publié le par The dudde

Retour hier soir après une semaine sur les routes à vélo: épuisés, sales et amaigris, bref une vraie cure de jouvence.

 

Semaine néanmoins extraordinaire où l'on revient aux besoins de base: manger, dormir, se réchauffer. Le superflu: se laver de temps en temps.

 

Nous sommes restés dans des contrées très peu fréquentées par l'homme, où nous avons pu voir que la désertification d'une partie des campagnes françaises est une réalité: nombreux villages où une maison sur deux est à l'abandon, les commerces sont fermées, la place du village où jadis les balles et les parties de boules égayaient les soirées sont désormais envahies par les mauvaises herbes et le silence...drôle d'impression.

 

Nous avons croisé de nombreuses espèces animales: lièvres, lapins, écureuils, chevreuils, etc...

Nous avons mangé d'improbables pâtes à l'échalotte sur un réchaud qui avait du mal à lutter contre le froid, des sandwichs maqueraux/fromage de chèvre, nous avons bu du vin pour donner à nos corps la sensation qu'il faisait chaud et surtout, nous avons roulé par tous les temps, les yeux sur l'horizon, les muscles endoloris, les fesses aussi, visages marqués par l'effort et les mauvaises nuits.

Nous avons dormi sous des tentes où il faisait 3°C, dans des campings vides (personne ne campe au mois d'Avril, pas même les belges), des granges prêtées par des fermiers sympas et une auberge de jeunesse, comble du luxe.

 

Que du bonheur je vous dis.

 

Je n'ai qu'une envie, recommencer.

 

Il va me falloir un peu de temps pour me réacclimater à la vraie vie. 

 

Publié dans As time goes by

Commenter cet article

GFL 18/04/2010 21:35


Cool !

Chaud pour mercredi ? ;)