Raymond Domenech et le management

Publié le par The dudde

Je ne m'intéresse pas à la main de Thierry Henry, mais au management de Raymond Domenech, l'une étant, à mon avis et ça n'engage que moi, le résultat de l'autre.

En poursuivant le raisonnement commencé ici, on peut raisonnablement s'interroger sur les qualités de manager de Raymond Domenech.

Bien sûr, je ne le connais pas, je ne connais pas non plus sa façon de manager l'équipe de France et, finalement, comme nous tous, je ne peux émettre un avis qu'en fonction de ce que je vois ou entends. La plus grande part de mes informations venant des médias, il est évident que mon opinion ne peut être que subjective, voire biaisée.

Néanmoins, il y a fort à parier que M.Domenech, comme notre président, est un piètre manager.

Je lis, par à coup, un livre nommé "The Spirit to serve, Marriott's way" de J.W.Marriott. M.Marriott y délivre ses réflexions sur l'entreprise en général et le management en particulier. Il n'y a aucune théorie, juste le fruit de son expérience.

En général, on constate que le succès de son groupe repose sur le bon sens, toujours le bon sens et rien que le bon sens. Inutile d'avoir fait un MBA à Harvard, il suffit d'avoir du bon sens.

Un exemple, qui illustre le bon sens dont je parle et que l'on pourra ensuite appliqué à M.Domenech:
Ainsi, M.Marriott explique entre autre anecdote que lorsqu'il se rend dans un des hôtels du groupe pour faire une "revue des troupes", il aime faire un tour dans l'hôtel avec le manager.
La raison principale est que pour lui, c'est le meilleur moyen de savoir ce que vaut le manager en tant que meneur d'hommes (pas celui qui tient les comptes donc, mais celui qui conduit les hommes).
Il explique qu'il comprend rapidement à la façon dont le manager de l'hôtel se comporte avec le personnel et, surtout à la façon dont le personnel se comporte avec le manager, ce que vaut celui-ci. Juste comme ça, l'air de rien, en faisant le tour de l'hôtel, il sait à qui il a à faire.

Pour lui, ce n'est pas anecdotique. Il est le propriétaire de la chaîne et il voit sur le long terme.
Il explique que sur le long terme, il ne veut pas un financier qui va lui présenter de magnifiques courbes sur la gestion de l'hôtel, mais un manager qui "mène ses équipes" de façon exemplaire.
Sur le long terme, ce sont toujours les hommes qui font la différence et si vous ne sélectionné pas finement les bons profils, les meneurs d'homme, c'est la catastrophe.

Le groupe Marriott a plus de 80 ans d'existence, des milliers d'hôtels à travers le monde, et la famille Marriott a appris cette leçon 'the hard way" comme l'explique l'auteur.

Appliquons cette leçon à M.Domenech et voyez comment il se comporte avec ses joueurs et réciproquement, comment les joueurs se comportent avec lui...Si M.Marriott était à la tête de la fédération française de football, il y a fort à parier que M.Domenech n'entraîneraît pas l'équipe de France.

J'en profite pour ajouter que M.Domenech a touché une prime de 862 000€ pour la brillante qualification de l'équipe de France. Et alors ?
Alors personne ne semble choqué.
Peu importe le montant, la question est: une telle prime est-elle méritée ?
Je vous laisse juge, néanmoins, s'il avait été banquier ou chef d'entreprise, ça aurait sûrement fait plus de bruit...

Publié dans Management

Commenter cet article