Mettre des visages sur la shoah

Publié le par The dudde

J'ai vu hier un film formidable: Un secret de Claude Miller.

 

Peu inspiré au départ, c'est la distribution qui m'a convaincue: Patrick Bruel, Ludivine Sagnier, Cécile de France, Mathieu Amalric, Julie Depardieu pour les plus connus.

 

Le film raconte l'histoire d'une déportation, un petit garçon et sa mère (Ludivine Sagnier) que le papa (Patrick Bruel) attendait de l'autre côté de la ligne de démarcation.

 

La guerre est finie, le petit garçon et sa mère ne sont jamais réapparus, on apprendra qu'ils ont été arrêtés par la police française et déportés à Auschwitz où ils sont morts.

 

Le papa a refait sa vie, fondé une nouvelle famille, mais il porte et il portera toute sa vie le poids de cette disparition.

 

Le film est bouleversant et il a surtout un énorme mérite: il met des visages sur la shoah. Il raconte l'histoire de 2 de ces déportés (plus de 6 millions si ma mémoire est bonne) et il rend l'horreur réelle, palpable...

 

L'inconvénient des catastrophes que nous ne vivons pas nous-mêmes, c'est qu'elles paraîssent toujours un peu abstraite, comme irréelle. Ainsi de la shoah.

 

Le film a ce mérite de rendre les évènements concrets, en se focalisant sur une histoire particulière. On ne parle pas des millions de morts, pas d'images des camps non plus. Juste la vie puis la disparition d'un petit garçon et sa mère.

 

Formidable et bouleversant.

 

L'histoire est vraie, elle est tirée d'un livre de Philippe Grimbert, "Un secret" paru en 2004, qui raconte l'histoire de sa famille.

 

Publié dans As time goes by

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article