La naïveté et le court terme

Publié le par The dudde

Où comment Alstom se retrouve en concurrence sur des appels d'offre internationaux avec un ancien partenaire chinois qui exploite ses licences sans les payer et utilise la technologie transférée.

 

Hé, hé, savoureux. A lire ici.

 

Je n'ai absolument rien contre la Chine et sa population, et je les accepte volontiers comme compétiteurs. Je pense, au contraire, qu'ils nous obligent à être encore meilleurs et créatifs dans nos usines et nos centres de R&D. La concurrence oblige à se dépasser, ce à quoi j'adhère.

 

Il faudrait cependant que nos dirigeants arrêtent de transférer nos technologies à tout va sous prétexte de conclure rapidement des contrats sur l'alléchant marché chinois. C'est du court terme. Un jour viendra où la Chine n'aura plus du tout besoin de notre savoir-faire. Elle aura rattrapé son retard en profitant de nos investissements et en gagnant au passage des dizaines d'années de R&D.

 

Et je doute qu'elle nous rende ce qu'on lui aura donné vendu.

 

Nous avons un problème bien plus important à résoudre: comment pourrons-nous résister à la concurrence chinoise, le jour où elle arrivera en force sur tous les marchés avec des solutions compétitives techniquement et bien moins chères ?

 

Ce problème se précise d'année en année. Il est souhaitable d'y apporter une solution, mais ce n'est pas en accélérant le phénomène par le transfert notre avance qu'on y arrivera.

 

Des tas d'actionnaires ou autres grands patrons se frottent les mains à la moindre signature d'un contrat avec un partenaire chinois, feignant d'ignorer qu'ils scient la branche sur laquelle leurs enfants sont assis.

 

 

 

 

 

Publié dans Management

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jerome 23/06/2010 08:28


Et ça ne fait que commencer!...à lire: "l'Art de la Guerre" de Sun Tzu pour comprendre.