L'Ipad, Mickaël Jackson et le 21ème siècle

Publié le par The dudde

Je constate, avec désappointement, que quelques non événements arrivent à mobiliser bon nombre de mes contemporains de part le vaste monde. Surtout le monde occidental ou ayant le mode de vie de...

 

Ainsi de la sortie de l'Ipad comme du décès de Mickaël Jackson.

 

Sommes-nous devenus si vide que ce genre d'événements nous mobilisent et nous passionnent ?

 

Hé ho, réveillons-nous, il ne s'agit que d'une espèce de télécran un peu sophistiqué et d'une star complètement cramée de la pop.

 

Je m'inquiète, ni pour moi ni pour vous, mais pour nos enfants. Quel héritage et surtout quelles valeurs allons-nous leur transmettre ?

 

J'ai l'étrange sentiment que le matérialisme et la nostalgie d'un temps où le matérialisme n'existaient pas sont en train de nous gangréner. Le jeune ne rêve plus que du dernier gadget Apple, ou autre d'ailleurs, et regarde ses parents pleurer un type qu'ils ne connaissent pas.

 

Je finis mon master, à l'IAE, donc. Tous les gamins de ma classe ont au minimum: un téléphone portable, un ordinateur portable et une voiture. Ils n'aspirent qu'à vite trouver un job, le mieux possible, pour gagner le plus vite possible de l'argent et vivre, le plus vite possible comme leurs parents.

 

Effrayant.

 

Je n'ai pas rencontrer cette année une seule personne qui rêve d'autres choses que d'accumuler des biens, pour ne pas dire des signes extérieurs de richesse (bon, là, j'exégère peut-être un poil).

 

Je me souviens d'un pote avec qui j'ai passé le bac (il y a 18 ans). Les yeux toujours ailleurs, lorsqu'il y avait du vent il ne venait pas en cours. Quand les profs l'interrogeaient sur ses absences,  il répondait: "il y avait du vent, je suis aller faire de la planche à voile".

 

Si nous et les générations futures arrêtons d'être un peu dingues et continuons à rêver à des conneries comme la dernière Audi ou le dernier Mac, à vénérer de vieilles icônes, je pense que l'humanité va s'enfoncer définitivement dans la médiocrité et surtout, va régresser.

 

Qu'avons-nous fait? Quand nous, les enfants des soixante-huitards, nous sommes-nous révoltés ?

 

Jamais.

 

On accepte de faire des études jusqu'à 25 ans, de prendre des boulots pour lesquels nous sommes sur-qualifiés et mal payés, de ne pas voir grandir nos gamins, coincés entre des réunions qui ne servent à rien et des embouteillages monstres. On accepte le stress, le mauvais management, la politique de la performance. On accepte de ne pas connaître nos collègues, ni nos voisins, de ne plus voir nos amis et nos familles.

 

Où est passé le plaisir ?

 

 

 

 

Publié dans As time goes by

Commenter cet article

jerome 09/04/2010 18:42


Salut The Dudde, "J'accuse" de Saez me fait un peu penser à ton post: tu peux l'écouter sur Deezer...


The dudde 10/04/2010 08:23



Ok, je vais voir ça. M'étonnerait pas que Saez me pique des idées...



Philippe 09/04/2010 09:37


Hello, bien d'accord avec vous...mais difficile d'en vouloir à ces jeunots qui sont bien plus sollicités que ce que nous l'étions...


The dudde 09/04/2010 15:23



Philippe, c'est vrai et je ne me dédouane pas, pas plus que je ne dédouane les générations qui nous ont précédés.


Je m'inquiète de ce que nous léguons à nos enfants. J'ai l'impression qu'ils vont être de plus en plus "gâtés", mais de plus en plus conformistes et de moins en moins heureux. Forcément, en tant
que père, ça ne peut pas me laisser indifférent.



Pierre 08/04/2010 06:41


Je vous sens très inspiré en ce moment etje dois dire que les 3 derniers posts que vous nous avez offerts sont excellents ! je partage entièrement votre opinion sur ces différents sujets.
serait-ce la fin des cours à l'IAE et le dépôt des statuts qui vous inspirant autant ??

bon courage.


The dudde 08/04/2010 09:15



Bonjour Pierre,


pour répondre à ta question, je dirai que c'est une sorte d'exaspération impuissante. Alors je râle tout seul sur mon blog. Ca ne change rien, mais ça fait du bien. Après tout, c'est aussi fait
pour ça.


A bientôt.