L'insoutenable légèreté de l'être

Publié le par The dudde

Parfois, mes contemporains me déconcertent.

Ainsi, l'autre jour, alors que je parcourais nonchalamment les pages d'un mensuel gratuit en digérant un cassoulet pour le moins réussi, j'ai lu ce que je vais vous relater maintenant.

Un monsieur  (enfin, ses aïeux...), qui a donné son nom à des boîtes de conserve où se tassent dans des conditions honteuses de pauvres haricots verts et effilés, était interrogé sur son restaurant préféré.
Ouh la la, me suis-je dis, je vais lire sa réponse, ça va me reposer et je ne risque pas l'indignation ou la révolte, voire la profonde méditation métaphysique qui me prend régulièrement à la lecture d'un magazine (c'est vrai que ce n'était pas "Le monde diplomatique" non plus !). Bref, je me pensais à l'abri du mal, ma faible mécanique intellectuelle ronronnant doucement en cette fin de journée.

Voici sa réponse: "Moi qui suis un homme du peuple, je vais régulièrement me régaler d'une bonne moules frites à la brasserie Machin".

Et là, stupeur et tremblements.

Sur le moment, j'ai souri, mon micro-processeur interne a eu un petit pic d'activité qui est vite retombé et j'ai tourné la page. C'est la nuit suivante que le malaise est apparu.

L'antinomie kantienne.

Et oui, la proposition du Monsieur démontre le contraire de ce qu'elle affirme. Et voilà le travail. Magnifique. A montrer dans les écoles.

Outre à la dialectique, je me suis aussi bêtement intéressé à ce qui peut pousser quelqu'un à se revendiquer du peuple.
Pour l'instant je n'ai pas la réponse, vos suggestions sont les bienvenues.

La définition donnée par le dictionnaire Hachette: ensemble d'êtres humains constituant une communauté, unis par une même culture et appartenant à une nation.
On est donc tous d'un peuple, donc du peuple auquel on fait référence.

Ma conclusion, c'est que c'est bien la peine d'avoir son nom sur des boîtes de conserve, si c'est pour ne pas être plus fins que les haricots qu'on y met  ! (wouah, le jeu de mot pourri : ) !! )

En plus, ça empêche les âmes sensibles de dormir.

(merci à Milan Kundera pour le titre du post)





Publié dans As time goes by

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre 01/12/2009 08:25


Si j'étais vous, je n'hésiterai pas à confier la conception du site internet à un freelance à partir d'un modèle comme templatemonster par exemple) et profiter du temps disponible actuellement pour
apprendre l'administration d'un site web (langage HTML, java, etc ...). Ce n'est pas bien compliqué et cela vous permettra d'effectuer les mises à jour de votre site vous-même.
Si vous disposez d'un budget plus conséquent, pourquoi ne pas déléguer alors la conception et l'administration du site à une web-agency effectivement.
Qelle est votre problématique à ce sujet ? est-ce une question d'argent ou plutôt de maîtrise totale de votre outil de travail ?


Pierre 30/11/2009 18:33


Où en êtes-vous avec votre projet e-business ? des avancées ?


The dudde 01/12/2009 08:11


Bonjour Pierre,

mon projet avance très très doucement. Pour être honnête, je pourrai aller beaucoup plus vite, mais mon planning est dicté par les obligations que j'ai vis-à-vis de la Très très grande entreprise
qui est toujours mon employeur jusqu'à début Mars.
Je passe surtout beaucoup de temps sur la partie financière du plan d'affaires car ce n'est pas simple et je souhaite avoir quelques choses de complet et d'exploitable.
De plus, je m'interroge toujours sur la création du site: web agency ou boutique clef en main...?
Brerf, ça avance, certes, mais tranquillement.
Je "publierai" un état d'avancement d'ici Noël.


Pierre 30/11/2009 18:31


De qui s'agit-il ?? du dirigeant d'une entreprise familiale qui commercialise des boîtes de conserve achetées par 1 français sur 3 et qui répond parfaitement aux besoins d'une clientèle de "bouffe
sans saveur" ?? dans ce cas, sa réponse n'est peut-être pas stupide ... moules-frites est un plat traditionnel apprécié par bon nombre de français.