Jean-Luc Hees

Publié le par The dudde

Un post comme une chronique de Guy Carlier, plein de bons sentiments popalaires, avec des enfants, des larmes et des rêves...

 

Meuh, non, je plaisante.

 

J'ai connu, façon de parler, Jean-Luc Hees en un temps reculé où il était directeur de France Inter et sutout animateur de l'émission Synergie. Fantastique émission dans la tranche 18h-19h. Les invités étaient intéressants, les débats à la hauteur et Michel Polac, le sulfureux animateur de Droit de réponse en un autre temps, venait y animer une chronique littéraire de toute beauté.

 

Bref, j'aimais Jean-Luc Hees. J'étais jeune, il me paraissait cool, une sorte de père idéal qui avait longtemps vécu aux US, avait lu Jim Harrison et Bukowski.

 

Lorsque la direction de Radio France a changé, en 2004, il s'est fait vider, du jour au lendemain, comme un mal propre. J'étais triste et je me souviens encore de la chronique révolté de Michel Polac qui l'a soutenu avec beaucoup d'indignation et d'émotion.

 

Et puis la direction a (re)changé et revoilà mon Jean-Luc Hees, directeur de Radio France cette fois-ci.

 

J'ai vieilli, certes, mais mon souvenir d'ado est intact. Je jubile, je suis content pour lui. Il choisit Philippe Val comme directeur de France Inter. Mouais, bon, je ne le connais pas, je ne lis pas Charlie Hebdo. Certes le bonhomme ne m'inspire pas grand chose, mais bon, je fais confiance à Jean-Luc. Merde, ce type a animé Synergie quand même, c'est pas n'importe qui.

 

Et puis voilà, deux humoristes dérapent: Stéphane Guillon et Didier Porte. Je laisse à Finkelkraut et autres intellectuels bien pensants d'expliquer où commencent l'humour et où s'arrête la liberté, ce n'est pas mon propos.

 

Jean-Luc les a virés tous les deux, comme des malpropres.

 

Comme tout le monde il veut son Audi et ses places gratos à Roland Garros. Il fait ce qu'on lui dit pour protéger ses intérêts.

 

Mon Jean-Luc Hees est mort. Il ne reste plus rien de ces lectures. Que dirait Michel Polac aujourd'hui pour défendre son ami ?

 

Pire que tout, il a honteusement flingué mes souvenirs d'ados.

Publié dans As time goes by

Commenter cet article

Favillier 27/06/2010 20:12


En tant que fidèle auditeur de France Inter, pour moi aussi JL Hees était quelqu'un!
Il a tout flingué !!