L'homme qui voulait être un singe

Publié le par The dudde

Vu dans Les Echos, ce jour.
Tout fout le camp !

L'homme un peu plus loin du singe

[ 05/10/09  ]

  Les paléontologues sont décidément les chercheurs du temps long.
Un squelette d'hominidé découvert aux débuts des années 1990 en Ethiopie vient tout juste de livrer ses secrets dans la dernière édition de la revue « Science ». Une équipe internationale de scientifiques estime que ce fossile est le plus ancien squelette connu de la branche humaine de la famille des primates. L'analyse des os fait dire aux spécialistes qu'il s'agit d'une femelle bipède, pesant 50 kilos pour une taille de 1,20 mètre, baptisée « Ardi » par ses découvreurs.

Datant de 4,4 millions d'années, ce squelette détrône Lucy, un fossile d'un spécimen d'australopithèques de 3,2 millions d'années. Les chercheurs avaient espéré, grâce à la découverte de Lucy, trouver l'ancêtre commun de l'homme et du chimpanzé. Ils situent l'âge de ce Graal de la discipline à quelque six millions d'années. Mais le squelette d'Ardi brouille les cartes, a expliqué à l'AFP Tim White, professeur au centre de recherche sur l'évolution humaine de l'université de Berkeley, l'un des auteurs de cette vaste recherche.
Ardi, en « nous rapprochant comme jamais auparavant de l'ancêtre commun des singes et de l'homme, nous permet vraiment d'imaginer ses traits », relève-t-il. Or « cette créature est en fait une mosaïque intéressante, ni chimpanzé ni humain », poursuit le chercheur.
La conclusion inattendue des analyses des caractéristiques biologiques et morphologiques d'Ardi est que les grands singes africains et les humains ont suivi des chemins très différents depuis leur séparation après leur dernier ancêtre commun, rendant difficile d'imaginer ce dernier et de comprendre l'évolution humaine, relève Tim White.

Publié dans As time goes by

Commenter cet article