Marc Lévy vs Guillaume Musso

Publié le par The dudde

Ils sont les deux auteurs français les plus lus (plus d'un million de vente chacun en 2008, en France).

Personnellement, je ne suis pas un fan de leur littérature. Je leur reconnais volontier un grand talent d'inventeurs d'histoires, mais je n'arrive pas à me faire au style, en particulier aux dialogues qui sonnent systématiquement faux à mes oreilles.

Globalement, d'ailleurs, ils sont plutôt éreintés par la critique, mais bon, soyons honnêtes, il faut respecter des types qui arrivent à détourner des millions de gens de leurs écrans de télévision et qui ouvrent la porte de la littérature à des personnes qui n'y seraient peut-être jamais venues. Quelque soit la taille de cette porte, l'essentiel est de l'ouvrir.

Ma connaissance de leur littérature est par ailleurs assez superficielle, j'ai lu:
de Marc Lévy: Et si c'était vrai, Où es-tu ?
de Guillaume Musso: Seras-tu là ?

Rien que les titres...(les gars faites quelque chose, c'est quoi ces titres de littérature de gare?)

Bon peu importe leurs livres, ce n'est pas tant sur ce point que je veux les comparer, mais plutôt sur le cinéma et les adaptations qui ont été faites de certains de leurs textes.

Autant les adaptations des films de Marc Lévy sont, à l'image de ses livres, mièvres et sans saveur. Du bon sentiment pas cher et bâclé, autant la récente adaptation du livre Et après de Guillaume Musso, sorti en janvier 2009 est excellente. Le réalisateur, Gilles Bourdos, a fait un film superbe, sur de nombreux plans: distribution d'abord (Romain Duris, John Malkovich), musique ensuite et photos enfin avec des images superbes et une grande qualité de lumière,...Le film est superbement réussi et franchement, à la place de Guillaume Musso, je serais extrêmement fier de ce qu'en a fait Gilles Bourdos.
Je le recommande à tout ceux qui n'ont pas lu le livre (sinon, ils connaissent la fin et c'est dommage) et je crois, c'est la première que je suis convaincu que le film vaut plus que le livre (bien que je ne l'ai pas lu, je le confesse...), ce qui n'est pas vrai en général, un film étant toujours une réduction du livre.

Cela met en lumière le fait que les livres de ces gars là sont avant tout d'excellents scénarii et que, confiés à de bonnes mains, il y a tout lieu de faire d'excellents films avec.

Je ne sais pas quelle est la part de responsabilité de Musso dans le film, mais chapeau et du coup, dans le match Lévy vs Musso, je donne personnellement l'avantage à Musso. Je suis d'ailleurs étonné que ce dernier soit moins médiatisé que l'autre...peut-être, finalement, une preuve supplémentaire de sa supériorité. 


Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article